5-Mantras et ho’oponopono

ec-5-mantra

    

Plan de cette page consacrée aux mantras :

1. Qu’est-ce qu’un « mantra » ?
2. Conditions de mise en œuvre
3. Quelques exemples de mantras efficaces
4. Zoom sur le célèbre et fabuleux Ho’oponopono
4.1. Comment a t-il fait et réussi ?
4.3. Comment pratiquer l’ho’oponopono soi-même ?
4.4. Exceptionnel diaporama de synthèse sur l’ho’oponopono    

1. Qu’est-ce qu’un mantra ?

Un mantra est une association de mots et de syllabes qui, prononcés correctement, invoquent une énergie capable d’effectuer un travail d’épuration des corps subtils en élevant leur taux vibratoire de façon progressive et conséquente. Il ne s’agit pas de prières ou de supplications car on ne s’adresse pas à une entité divine pour demander quelque chose.

Cette répétition de mots doit TOUJOURS être accompagnée de visualisations afin d’augmenter la concentration et la purification de notre mental (nos pensées quotidiennes). Le pouvoir ainsi libéré ainsi est vraiment extraordinaire car il purifie à la fois :

  • le corps émotionnel éliminant les pensées parasites et négatives axées sur le jugement, la comparaison, le passé ou le futur influencées par notre égo qui ne fait que diviser, comparer, jalouser, critiquer (de manière péjorative), limiter…
  • et le corps mental favorisant un raisonnement plus serein, positif axé sur le moment présent et influencé désormais par des émotions du même ordre, inspirées de calme, d’abondance, de joie, de pardon, de compréhensions instantanées, de guidance même… Comment ? Grâce à une connexion plus facile (mental clarifié) à nos corps subtils les plus élevés qui détiennent des vérités universelles (corps atmique, christique ou divin).

Ces mantras sont à réciter pendant la journée, en sus des visualisations matinales pour rehausser notre taux vibratoire et purifier nos émotions.

Ces phrases, assez courtes, et répétées en général 108 fois ont donc pour but de :

  • purifier, détendre le corps physique,
  • enlever le stress d’une situation,
  • favoriser la réalisation d’une intention,
  • faire en sorte que le calme revienne en soi,
  • se détourner d’une situation néfaste,
  • calmer une colère ou une angoisse,
  • se tourner vers la paix intérieure,
  • retrouver une joie intérieure,
  • faire la part des choses,
  • rester détacher d’une situation…

C’est moins cher et plus efficace que des anxiolytiques (!) et sans aucun effet secondaire sinon celui de vous plonger dans une vague d’amour, de compréhension, de paix, de gratitude, de joie…

(Revenir au plan de cette page)   

2. Conditions de mise en œuvre :

L’efficacité des mantras est très facile à constater une fois la séance terminée : nos pensées se clarifient, la sérénité s’installe, un recul, une distance par rapport aux événements sont spontanément constatés. Si notre mental était agité par de récents soucis, disputes ou autres tracas, tout ceci s’apaise et des solutions se présentent ou une volonté de voir les choses différemment, jusqu’alors absente, s’impose.

Atteindre cet objectif obéit à des conditions strictes car un mantra utilise à la fois :

  • la magie du son grâce à la hauteur atteinte par les vibrations qui se dégagent des mots prononcés,
  • la force de l’intention symbolisée par la naissance dans les pensées de visualisations précises correspondant à ce que l’on veut voir apparaître dans nos vies. On applique ici la loi de co-création,
  • et la puissance de volonté de l’adepte qui doit rester centré, aligné, très « présent » à ce qu’il fait, réalise, co-crée.

Cette récitation est donc très puissante tant qu’elle est prononcée en pleine conscience avec une concentration maximale alimentée par des visualisations précises, réalistes et détaillées. Pour cela, on utilise en général un verre d’eau placé en face de soi.

Pendant que les mantras sont récités à voix haute (en général 108 fois), on « voit » grâce à notre pouvoir imaginatif, les yeux fermés, ces visualisations désirées (par exemple des accolades ou embrassades avec un être cher dans le cadre d’une réconciliation) se créer puis être dirigées vers le verre et plonger, se noyer dans l’eau. A la fin de la récitation, il suffit de boire l’eau : les visualisations apparaissent dans notre mental. Elles doivent être claires et limpides.

(Revenir au plan de cette page)   

3. Exemples de mantras :

Il existe des mantras dans toutes les religions ou courants spirituels. Ils utilisent souvent le très ancien langage sanskrit qui possède une vibration intrinsèque très haute afin d’augmenter l’efficacité du mantra.

Voici quelques exemples (il y en a des dizaines …) de mantras célèbres (très usités). Leur traduction est souvent délicate car le langage sanskrit est très imagé. Il s’agit invariablement d’une louage à Dieu, à la Mère divine ou à notre terre Gaïa.   

 

 3.1. LA GAYATRI MANTRA (en sanskrit)

La GAYATRI MANTRA (dans sa version la plus pure en premier) ou chantée par Deva Premal (en second) est l’un des mantras en sanskrit parmi les plus connus et usités au monde grâce aux très fortes vibrations qu’il dégagent et à sa (relative) simplicité (eu égard à la puissance développée).

Il est très difficile de le traduire et il est possible qu’une vie ne suffise pas à comprendre toute l’étendue et la portée de ces quatre phrases, à répéter sans modération 3, 21 ou 108 fois chaque fois que le besoin s’en fait ressentir :

OM BHUR BUVA SUVAH   (Oh Dieu, Tu es Celui qui donne la Vie, celui qui enlève les peines et les chagrins)
THAT SAVITUR VARENYAM    (Celui qui dispense la Joie. Oh Créateur de l’Univers)
BHARGO DEVASYA DHIMAHI     (Puissions-nous recevoir la Lumière suprême destructrice du péché)

DHIYO YONAHA PRACHODAYATH   (Puisses-tu guider notre esprit dans la bonne Direction)

(Revenir au plan de cette page)   

3.2. AUTRES MANTRAS EN SANSKRIT

OM MANI PADME OM   (une seule phrase à répéter)
MOOLA MANTRA   (interprété par Deva Premal )
SHANTI MANTRA d’Amma    (Dame qui parcourt le monde en embrassant et distribuant Amour et Joie)

LOKA SAMASTA SUKHINO BHAVANTU     (« Que tous les mondes soient heureux »)

(Revenir au plan de cette page)   

 

3.3. MANTRAS EN FRANÇAIS

 Les mantras existent bien entendu dans toutes les langues. Il est même conseillé, surtout dans le cadre d’une thérapie de construire soi-même son mantra (une ou plusieurs phrases qui vous parlent) et de le répéter suffisamment longtemps (7 ou 21 minutes) et avec suffisamment de concentration, d’application (comme expliqué ci-dessus) pour que le mental en soit imprégné, calmé et baigne dans l’amour et la sérénité. Quelques mantras en français détaillés ci-dessous :

priere-nouvel-age-okPrière pour le nouvel âge ci-contre.

Il s’agit d’un grand mantra ou affirmation ayant un effet invocatoire. Elle présente le Soi en tant que Dieu, en tant que créateur de tout ce qui existe.

Elle est un puissant instrument pour reconnaître que l’homme et Dieu sont uns, qu’il n’existe pas de séparation. Elle peut conduire à l’expérience du Soi intérieur qui ne s’identifie pas au mental, au « cœur » et au corps.

La manière la plus efficace de l’utiliser consiste à en prononcer ou à en penser les mots avec un mental focalisé, aligné en portant l’attention au niveau du centre ajna, entre les sourcils.

Cette prière a été donnée à l’humanité par Maitreya en juillet 1988. Elle a été publié pour la première fois en septembre 1988 dans la revue Partage international.

Autres phrases à modifier suivant votre convenance (plus ou moins longues !) :

« Ainsi je suis né-e. Fais moi prononcer des mots doux et gentils ; fais moi me comporter d’une manière calme et réconfortante avec tout le monde ; fais que j’accomplisse des actions qui procurent du bonheur à tous et mets dans mon esprit des idées qui soient bénéfiques pour tous. Que ce jour vaille la peine d’être vécu en Te servant »

« Je suis un Être de Lumière » ou « Je suis un être divin »

« L’abondance coule en moi  tout au long de cette journée et tout au long de ma vie »

« Je suis aujourd’hui plein de force et de vigueur, plein de joie et de confiance en la Force de l’Univers »

« Je décrète ici et maintenant de faire régner en permanence l’amour, la paix et la joie en moi et autour de moi, pour mon bienfait et le plus grand bienfait de tous ».

(Revenir au plan de cette page)   

 

3.4. AUTRES TYPES DE MANTRAS

La puissante flamme violette divine avec le Maître Saint-Germain pour transmuter les énergies négatives en amour et confiance : toutes les explications détaillées ICI.

Autre « expérience » à réaliser en direct : suivi une vidéo de 23 minutes en cliquant sur ce lien : Expérience « Quantum K » (Il suffit de lire les indications notées sur l’écran !). Génial !

Beaucoup d’autres vidéos et musiques sont disponibles sur le net pour aider à ce fabuleux travail.

(Revenir au plan de cette page)     

4. Zoom sur le célèbre et fabuleux ho’oponopono :

Ce mantra est issu d’une tradition ancestrale d’Hawaï qui prône, comme beaucoup d’autres, le principe d’unité : nous sommes tous, à un certain niveau, liés et interdépendants les uns des autres. Le terme hawaïen « ho’oponopono » signifie : corriger, rendre droit, rectifier.

Voici, en résumé, l’histoire assez unique et pittoresque (on a du mal à y croire !) d’un thérapeute d’Hawaï, le Docteur HEW LEN qui a guéri (1984) tous les patients aliénés criminels d’un hôpital SANS JAMAIS LES VOIR ou les RECEVOIR mais en travaillant uniquement sur leur dossier papier !

(Revenir au plan de cette page)   

4.1. Comment a t-il fait ? Comment a t-il réussi ?

Le Docteur HEW LEN a travaillé quatre ans à l’hôpital psychiatrique d’État d’Hawaï où était « enfermés » des malades mentaux criminels considérés comme très dangereux. Avant son arrivée, les conditions de travail étaient difficiles et les thérapeutes (médecins, psychologues) travaillaient dans la peur d’être agressés, prenaient des congés maladie ou démissionnaient rapidement.

Dès son arrivée, le Docteur HEW LEN a juste demandé un bureau et tous les dossiers des patients. Sans jamais rencontrer physiquement aucun d’entre eux, il s’est mis à « étudier » leur dossier, seul dans son bureau. En fait, aussi surprenant que cela puisse paraître, il regardait en lui-même pour voir comment il (lui-même !) avait créé la maladie de chaque patient en partant du principe spirituel selon lequel nous sommes tous liés, nous faisons tous partie du même « tout », de la même entité et, qu’à ce titre, il était aussi malade que ses patients et que, par voie de conséquence, en « travaillant » sur lui-même, ils commenceraient eux aussi à guérir car, après tout, nous ne sommes qu’UN !

Ainsi, après quelques mois seulement et en maîtrisant parfaitement cette technique :

  • des internés qui étaient attachés avec des sangles furent autorisés à circuler librement,
  • d’autres à qui on avait prescrit des médicaments très puissants commencèrent à les réduire,
  • ceux qui n’avaient que très peu de chances d’être relâchés furent bientôt libérés,
  • le personnel commença à aimer venir travailler (baisse de l’absentéisme) et les patients étaient de plus en plus relâchés… jusqu’à ce que l’ensemble du service ne ferme définitivement (3 ans après) : 100 % de guérisons !

(Revenir au plan de cette page)   

 

4.2. Comment fonctionne ho’oponopono ?

Ce thérapeute a utilisé un procédé de guérison hawaïen très ancien appelé « ho’oponopono » qui part des deux principes suivants :

  • nous sommes tous liés et reliés : s’améliorer soi même, c’est améliorer autrui.
  • « tout dans ma vie est ma création » comme l’énonce le Dr Hew Len. Il énonce à sa manière la loi de co-création.

Voici en ses termes les explications qu’il donne :

« Je guérissais la partie de moi qui avait créée ces problèmes en eux. La responsabilité totale pour votre vie signifie que tout dans notre vie – simplement parce que c’est dans notre vie – est de notre responsabilité. En un sens littéral, le monde entier est notre création. »

Ainsi, en plus d’être responsable de ce que je dis ou fait, je le suis aussi de ce que chacun, dans ma vie (personnes rencontrées au fil des jours), dit ou fait car leurs paroles ou actes n’existent que comme des « projections » venant de l’intérieur de nous !

Même s’il est unanimement reconnu que chacun est responsable de ses actes et pas de ceux de quelqu’un d’autre, la Vérité est que, nous devons assumer, selon le Docteur HEW LEN, la complète responsabilité de notre vie : ainsi, tout ce que nous voyons, entendons, goûtons, touchons ou expérimentons de quelque façon que ce soit est de notre responsabilité parce que cela construit, échafaude notre vie, petit à petit.

Donc, dans cette logique spirituelle, le problème n’est pas en eux, il est en nous et pour le changer, il suffit de SE CHANGER SOI-MÊME ! Si on veut améliorer sa vie, il faut donc la guérir plutôt que de blâmer autrui et changer du même coup notre Univers !

Ho’oponopono est donc une technique destinée à apprendre à s’aimer soi-même tout en guérissant autrui ! La pratiquer, c’est demander au Créateur qui est en nous de nettoyer et purifier l’origine de nos problèmes psychologiques de tout ordre (relationnels, émotionnels…) qui ne sont ni plus ni moins que des souvenirs, comme des mémoires stockées dans nos corps subtils.

Ho’oponopono nous aide à neutraliser ces pensées effrénées, non contrôlées, à éviter qu’elles se répètent en boucle. Cette purification va permettre de modifier de manière considérable le taux énergétique de nos corps subtils et en premier lieu, celui du corps émotionnel qui s’élève, laissant place à une énergie plus pure, alimentée par nos corps atmique et christique. Ainsi, dans cette méthode, sans avoir besoin de revivre aucune souffrance, sans aucune analyse du problème en cause, notre Lumière Divine (celle qui est en nous à travers nos corps subtils les plus élevés énergétiquement) rétablit de manière douce et tranquille l’homéostasie énergétique de nos émotions et pensées.

Vraiment exceptionnel !

(Revenir au plan de cette page)   

4.3. Comment pratiquer l’ho’oponopono soi-même ?

Pour comprendre comment pratiquer cette méthode, le Docteur HEW LEN explique lui-même qu’il suffit de répéter EN CONSCIENCE inlassablement face aux dossiers des patients ET en s’adressant à SOI-MÊME (il ne s’agit pas d’un soin à distance à telle ou telle personne) au moins les deux phrases suivantes (par exemple car il en existe d’autres) :

Je m’excuse  –  Je vous aime

Car s’aimer soi-même est la plus merveilleuse façon de s’améliorer, et à mesure que vous vous améliorez, vous améliorez votre monde. On comprend aisément pourquoi le terme « ho’oponopono » signifie en fait « corriger une erreur » (en soi) ou « faire ce qui est correct, juste » (soi-même) dans la langue originelle des hawaïens.

Mais attention, comme il a déjà été dit plus haut, pour réussir, cet exercice, a tout naturellement ses exigences. Ainsi, au lieu de nettoyer nos mémoires, cette répétition peut devenir un simple passe-temps du mental qui n’a aucune chance d’aboutir comme l’explique le Dr Joe VITALE dans ses ouvrages si certaines conditions ne sont pas respectées. C’est le cas lorsque :

  • le pratiquant n’est pas vraiment persuadé qu’il a des mémoires en lui qui doivent être transmutées, nettoyées : il pense que c’est l’autre qui doit surtout changer… C‘est bien ma vision qui est à changer, mon monde qui demande à être guéri.
  • le travail est réalisé sans conscience donc sans amour : c’est le liant essentiel !

La grande majorité des pratiquants ne prononcent pas deux mais bien quatre phrases dans l’ordre que vous préférez, dans la joie, la conscience, le détachement, l’envie, le bonheur… Exemples :

Je suis désolé  –  Pardonne-moi  –  Je t’aime  –  Je te remercie

« Je suis désolé«  : par ces mots, on reconnaît qu’on possède quelque chose de discordant en nous (pas en l’autre !), présent dans nos corps subtils. Il importe peu de savoir quoi, bien au contraire pour éviter que notre égo s’en mêle et nous fasse croire le contraire, il est tellement malicieux. On dépose donc par cette phrase ici et maintenant et définitivement ces mémoires et vibrations négatives.

« Pardonne-moi«  : on demande maintenant ici à notre partie divine (qui est en nous) de nous aider à nous pardonner (nous-même) pour ce « manque d’amour », pour avoir créé, en conscience ou non cette réalité douloureuse, cette discordance qui nous habite et qu’on reconnaît. Ce pardon est indispensable car il est une condition indispensable à la libération. Cette reconnaissance précède toute libération.

« Je t’aime«  : l’amour qu’on se donne et qu’on se reconnaît permet cette libération, cette transmutation de l’énergie bloquée (là où réside le problème) en énergie libérée, celle à même de nous relier à nos corps subtils les plus élevés (corps atmique et christique) qui vont pouvoir nous recharger.

« Je te remercie«  : exprimer sa gratitude envers soi-même, envers le don de la Vie, pour le cadeau de notre existence va propulser nos objectifs dans la bonne direction. Cette attitude est essentielle dans tout processus de guérison, de transmutation.

Personnellement, à la place de celles-ci, nous préférons quatre autres phrases qui nous ont été transmises et qui résonnent mieux en nous. Il vous appartient de choisir :

Je t’aime  –  Je t’accueille  –  Je te pardonne  –  Je te libère

Les mêmes quatre éléments indispensables au processus de transmutation libératoire sont présents ici :

  • « je t’accueille » au lieu de « je suis désolé » (un peu « triste »),
  • « je te libère » comme signe de gratitude à la place du sempiternel « merci » qui semble, de notre point de vue avoir plus de force.

Une fois ces phrases récitées EN PLEINE CONSCIENCE et vers SOI (et non vers l’autre), il faut laisser la divinité faire son œuvre, en toute confiance. On doit déjà se sentir plus léger, heureux de l’acte accompli, serein, détaché, empli d’un bonheur très fluide, sur son petit nuage… Ne pas hésiter à répéter le processus autant de fois que nécessaire, il n’y a aucune contre indication car ce processus procède de l’auto guérison : en s’améliorant soi-même, on permet à « notre monde » (toutes les personnes que la Vie nous a faites rencontrer) de faire de même.

(Revenir au plan de cette page)   

 4.4.  Exceptionnel diaporama de synthèse sur l’ho’oponopono

Ce diaporama exceptionnel présente ces « 4 paroles qui guérissent« .

En voici le texte (après les explications liées à la méthode ho’oponopono qui durent environ 6 minutes) :

  • Pour nettoyer mon subconscient de toute la charge émotionnelle emmagasinée en lui. Je t’aime, je t’accueille, je te pardonne, je te libère
  • Je me déclare être en Paix avec toutes les personnes de la Terre avec lesquelles j’ai des dettes en suspens. Je t’aime, je t’accueille, je te pardonne, je te libère
  • Je libère tous ceux desquels j’ai cru recevoir du mal, des mauvais traitements, parce que, simplement, ils me rendent ce que j’ai pu leur faire avant ou dans une autre vie, ou dans un autre temps. Je t’aime, je t’accueille, je te pardonne, je te libère
  • Même s’il est difficile de pardonner à quelqu’un, je suis celui ou celle qui demande pardon à ce quelqu’un maintenant, pour cet instant, en son temps. Je t’aime, je t’accueille, je te pardonne, je te libère
  • Pour cet espace sacré que j’habite quotidiennement et dans lequel je ne me sens pas à l’aise. Je t’aime, je t’accueille, je te pardonne, je te libère
  • Pour cette relation si difficile dont je ne conserve que de mauvais souvenirs. Je t’aime, je t’accueille, je te pardonne, je te libère
  • Pour ce qui me déplaît de ma vie présente, de ma vie passée, de mon travail et de mon entourage, Divinité, nettoie en moi, ce qui contribue à mes manques. Je t’aime, je t’accueille, je te pardonne, je te libère
  • Si mon corps physique expérimente anxiété, préoccupation, culpabilité, peur, tristesse, nostalgie, douleur, je dis ou pense que ces souvenirs, je les aime, je suis heureux de l’opportunité de pouvoir m’en libérer. Je t’aime, je t’accueille, je te pardonne, je te libère
  • En cet instant, j’affirme que je t’aime, je pense à ma santé émotionnelle, et à celle de tous mes êtres aimés. Je t’aime, je t’accueille, je te pardonne, je te libère
  • Pour mes besoins et pour attendre sans anxiété, sans peur, je reconnais ici les mémoires. Je t’aime, je t’accueille, je te pardonne, je te libère…
  • Ma contribution pour la guérison de la terre : Terre-Mère aimée, qui est qui je suis, apprends moi à me pardonner pour avoir créé la réalité que toi et moi vivons, apprends moi à t’aimer et à ressentir de la gratitude pour le don de la vie qui croît à ta surface, pour le cadeau de mon existence qui est aussi la tienne. Je t’aime, je t’accueille, je te pardonne, je te libère
  • Divinité, nettoie en moi toutes les mémoires et vibrations négatives qui sont parvenues jusqu’à moi pour que tu les transmutes en lumière chez tous les êtres de ta création qui habitent la terre depuis les origines de l’humanité et qu’il en soit ainsi. Je t’aime, je t’accueille, je te pardonne, je te libère
  • Pour conclure, je t’informe que ce texte est ma contribution à ta santé émotionnelle qui est aussi la mienne et je sais donc très bien que dans la mesure où tu continueras à guérir, je le ferai moi aussi. Je t’aime, je t’accueille, je te pardonne, je te libère
  • C’est pourquoi, je te dis maintenant que je suis désolé (e) pour les mémoires de douleur que je partage avec toi. Je t’aime, je t’accueille, je te pardonne, je te libère
  • Je te demande pardon pour unir mon chemin avec le tien pour guérir. Je t’aime, je t’accueille, je te pardonne, je te libère.
  • Je te remercie car tu es ici pour moi et je t’aime pour qui tu es. Je t’aime, je t’accueille, je te pardonne, je te libère

Partage ce texte pour que continue à s’étendre la chaîne d’amour qui a illuminé mon chemin…

(Revenir au plan de cette page)